Commentaires fermés sur Investisseurs Qataris cherchent projets viables à financer : le fonds pour les banlieues françaises ne verra pas le jour !

Investisseurs Qataris cherchent projets viables à financer : le fonds pour les banlieues françaises ne verra pas le jour !

Posted by | 17 février 2016 | News

Pour un jeune entrepreneur qui recherche un financement privé, c’est difficile, car cela n’a rien à voir avec les subventions. Et en banlieue parisienne, trouver des investisseurs privé pour financer un projet, c’est encore plus compliqué ! Les business angels étrangers ne se bousculent pas au portillon, ce qui complique la possibilité de trouver des fonds pour son projet d’entreprise. Certains investisseurs au Qatar ont été à un moment tentés de devenir un partenaire financier, et d’apporter leur aide pour les banlieues françaises, notamment avec la possibilité pour les entrepreneurs d’emprunter de l’argent sans intérêts. Malheureusement, ce fonds d’investissement pour les banlieues ne se met pas en place.

Le fonds banlieue, un projet rentable mais enterré pour le Qatar ?

Le Qatar n’a pas qu’un projet immobilier pour la France. Il investi aussi dans le sport de haut niveau, et dans les entreprises françaises Total, Veolia). Et le pays portait son attention sur les banlieues, pour aider ceux qui ont le moins de chances de réussir quand il s’agit de se lancer dans l’entreprenariat. Ces jeunes et moins jeunes auraient pu trouver une écoute et un portefeuille bien garni leur permettant de démarrer leur activité dans de meilleures conditions financières.

aide-du-qatar

Mais comme toujours en France, les bonnes initiatives créent toujours la polémique, et des hypocrites y ont vu un danger d’islamisation d’une partie du pays.

Une alternative

Pourtant, les investissements du Qatar, la France en a bien besoin. Les qataris le font toujours dans le respect des règles. Alors, il a fallut s’adapter à la mentalité française, et le Qatar ne s’est pas découragé dans sa volonté d’aider l’économie. Le fonds banlieue a été remplacé par un fonds d’investissement pour les PME, sans différencier les zones géographiques. Et des capitaux français sont venus rejoindre ceux mis à disposition par les qataris pour porter le projet.

Le fonds d’investissement, c’est combien, et c’est pour quand ?

Il a déjà démarré, et est financé pour partie par la Caisse des dépôts, et l’autre par le Qatar. Il n’y a pas de somme prédéfinie mais l’enveloppe est importante (on parle de 150 millions d’euros) et pour certaines entreprises, il est possible de lever par ce biais plusieurs millions d’euros.

Un partenariat qui fait jaser

Au final, le grand perdant de cette histoire, ça reste la banlieue, qui ne verra pas la couleur de l’argent promis au départ : on parlait à l’époque de 50 millions d’euros apporté par les qataris. Cet investissement aurait permis à certaines villes qui galèrent d’être redynamisées. Un accord qui était fait à l’origine pour les entrepreneurs de banlieue c’est transformé en quelque chose de global pour le pays, vidé de sa substance initiale.

Petit panorama de ce que le Qatar a déjà racheté en France

Loin de nous l’idée d’alimenter la polémique, mais mieux vaut s’informer avant de se faire son propre jugement sur l’influence économique du Qatar en France.

Les qataris investissent dans tous les secteurs qui sont porteurs. Ce ne sont pas des mécènes, mais des hommes d’affaires qui ont les moyens de leurs ambitions. C’est bien pour cela que les différents gouvernements font des courbettes au Qatar.

L’immobilier haut de gamme

Les investisseurs qataris savent que l’ultra luxe fonctionne toujours malgré la crise. C’est pour cela qu’ils rachètent des hôtels, des grands magasins, dans des endroits de prestige, à Paris et dans les grandes villes françaises comme Cannes ou Nice. Les mauvaises langues disent que les Champs-Elysées appartiennent maintenant au Qatar.

champs-elysées1

Les sociétés

Les grandes sociétés du CAC 40 y passent aussi : Lagardère, LVMH, Vivendi, EADS… La Qatar prend des parts un peu partout, ce qui permet de solidifier les entreprises françaises, et ce n’est pas un mal car elles en ont bien besoin. Car les qataris ne se contentent pas d’acheter, ils investissent également et ouvrent les contrats de leurs pays à ces sociétés qui peuvent ainsi avoir de nouveaux marchés.

Le sport et les médias

Depuis que le Qatar a racheté le PSG, le club rayonne et devient un ambassadeur du savoir gagner français dans le monde entier. A venir, la coupe du monde 2022 au Qatar.

BeIN Sport fait de l’ombre au géant Canl+. Même chose pour al-Jazeera, chaîne d’informations généralistes.

Si le fonds pour les banlieues françaises n’a pas vu le jour, c’est à cause d’un manque d’ouverture d’esprit de nos politiques. Dommage pour la banlieue. C’est un partenaire économique qu’il faut choyé, les étrangers qui veulent investir en France ne sont plus si nombreux que cela à l’heure actuelle.

16737 total views, 4 today