Commentaires fermés sur Les meilleurs logiciels, applications et sites pour apprendre l’anglais

Les meilleurs logiciels, applications et sites pour apprendre l’anglais

Posted by | 17 février 2016 | Nos dossiers spéciaux

Pour aller travailler dans les pays du Golf, c’est important de parler l’arabe, mais c’est primordial d’avoir un très bon niveau en anglais. C’est la langue des affaires, et ceux qui ne la maitrisent pas ne pourront pas trouver du travail au Qatar s’ils recherchent un métier bien payé. Heureusement, même ceux qui ont arrêtés l’école assez tôt peuvent devenir bilingue, en s’aidant d’un logiciel gratuit, les meilleures applications n’étant pas forcément payantes pour l’apprentissage de l’anglais. Ce qui compte, c’est d’avoir le bon programme et la meilleure méthode pour aller vite afin de réussir son entretien d’embauche. Pour ceux qui ont un peu plus de temps, il sera toujours possible d’apprendre l’anglais au Qatar.

Pourquoi apprendre l’anglais ?


Pour les dubitatifs, sachez que vous n’aurez plus d’excuses après avoir parcouru ces quelques lignes. Sans faire de discours ou de baratin, il ne faut pas être sorti d’une grande école pour se rendre compte que l’anglais est la première langue parlée au monde. Ceux qui se débrouillent peuvent se faire comprendre dans tous les pays. Mais pour trouver un super job, il faudra faire mieux que de parler quelques mots. Savoir dire bonjour et bonsoir ne vous permettra pas de réussir votre entretien d’embauche dans une société internationale, qu’elle est son siège au Qatar ou ailleurs. Car tous les secteurs d’activités qui ont le vent en poupe (là où il y a du travail) l’utilise pour échanger en interne et en externe. Et plus le poste recherché est important, plus il faudra maîtriser les subtilités de l’anglais. Même chose pour grimper dans la hiérarchie.

Mais le monde du travail n’est pas le seul concerné par la nécessité de cet apprentissage. Les gens qui aiment voyager le savent : si on ne parle pas un mot de la langue de Shakespeare, on peut vite se retrouver un galère dans un pays qu’on ne connaît pas : pour trouver son chemin, acheter des produits du quotidien, engager la conversation, manger au restaurant… Et cela reste surtout important quand on est jeune, car tous les étudiants ou presque parlent anglais.

L’importance de parler une langue étrangère

L’anglais est bien sur l’exemple le plus parlant. Mais connaitre une autre langue, c’est avoir la possibilité de découvrir une autre culture, et d’élargir ses horizons. De plus, on fait travailler ses méninges, sa mémoire, sa compréhension, son raisonnement et on fait des efforts de concentration : c’est tout bon pour le cerveau qui vieillit beaucoup moins vite comme cela (pour éloigner la maladie d’Alzheimer ?). Etre bilingue, c’est multiplier les opportunités, et se donner les moyens de ses ambitions. Et si on n’a pas eu la chance d’apprendre une autre langue en étant petit, il faut le faire quand on est grand. C’est un peu plus difficile, mais avec de la volonté et du travail, n’importe qui peut y arriver, notamment grâce aux nouvelles technologies.

Un logiciel pour apprendre l’anglais


C’est une méthode un peu moins moderne que celle des applications ou des meilleurs sites pour apprendre une langue, mais c’est bien pratique quand on n’a pas de connexion Internent ou que notre ordinateur rame. Il n’y a qu’à insérer le CD et c’est parti pour des heures d’apprentissage. Et si le logiciel est bien fait, ça peut même être assez ludique (plutôt que de perdre son temps à regarder des séries…). C’est une solution moins couteuse que celle de partir vivre ou étudier dans un pays anglophone. Et il est aussi possible de devenir bilingue grâce à quelques CD, même en partant de 0 !

Faut-il payer ?

Il y a des logiciels qui sont payants, c’est un fait. Il faut bien que les gens qui les ont créés gagnent leur vie. Difficile de leur en vouloir pour cela. Mieux vaut dépenser un peu pour un bon support que ne rien investir et avoir un produit nul. Les logiciels non gratuits les plus connus sont ceux d’Instant English, de Rosetta Stone et de Babbel. Ils mettent l’accent sur une méthode d’apprentissage ludique, sur la prononciation, et sur l’anglais des affaires pour le dernier. Le but n’est donc pas de savoir écrire sans faire de fautes d’orthographes, mais bien de réussir à sa débrouiller dans la vie courante et au travail.

Pour ceux qui n’ont pas d’argent

Mais quand on n’a pas les moyens, il faut bien se résoudre à trouver un logiciel gratuit. Ils existent, mais sont souvent moins complets. Ils peuvent toutefois représenter une bonne base pour démarrer l’apprentissage d’une langue. C’est par exemple Lingoversity pour le vocabulaire (fonctionne sous Windows et tout est en anglais…). Pour évaluer son niveau, il y a même des tests à la fin. Si c’est l’oral et avoir un bonne accent qui vous intéressent, essayez Speak N spell. Avec ce logiciel, chacun peut avancer à son propre rythme. Enfin, citons aussi Duolingo pour son côté fun.

Les meilleurs sites pour apprendre l’anglais


Ceux qui ont accès facilement au net, et avec un bon débit peuvent passer par un site. Le souci, c’est qu’il suffit de taper ces quelques mots dans un moteur de recherche pour s’apercevoir qu’il y en a des milliers… Le plus compliqué va donc de pouvoir s’y retrouver dans cette jungle en ligne. Mais il faut quand même avouer qu’Internet est bien pratique pour se former sans dépenser un penny ou en tout cas pour économiser de l’argent. Il faut privilégier ceux avec beaucoup de contenus, des vidéos, des mises à jour, et l’intervention récurrente de professeurs d’anglais.

site pour apprendre l'anglais

Il y a des sites très bien faits pour les enfants (poisson rouge) avec une part importante faite au visuel. D’autres qui sont basés sur l’écriture (Lang8) ou sur l’actualité (site de la BBC). Certains font la part belle aux expressions du quotidien et au vocabulaire de tous les jours (Tatoeba), ou à la prononciation. Vous aller même pouvoir choisir entre l’accent américain (Teacher Melanie) ou britannique (Rachel’s English). Une bonne prononciation vous permettra de vous faire comprendre partout. Il ne faut pas la négliger.

Les cours en ligne

Si vous avez besoin d’apprendre l’anglais pour aller travailler au Qatar ou dans un autre pays du golf, c’est que vous n’avez pas bien écouté à l’école, où que vous n’avez pas eu la chance d’y aller. Les services en ligne permettent de remédier à ce manquement et de pouvoir voyager l’esprit tranquille, au moins pour commencer à se débrouiller. Si vous avez des enfants, il est bon de les initier le plus tôt possible, avec un site comme celui de Pili Pop par exemple. Il y a même une déclinaison pour iPhone : que demander de plus ?

Apprendre l’anglais grâce aux séries

Que vous les regardiez en VO (version originale) ou en VOST (version sous-titrée), elles ne pourront que vous faire progresser. Il faut donc laisser tomber pour une fois la bonne vieille VF et faire l’effort d’essayer de comprendre ce que se disent les personnages. Vous verrez, cela vient plus vite qu’on ne croit. Ca change quand même des exercices de grammaire pas toujours très réjouissants. Une jeune start-up nommée Fleex permet ainsi de sous-titrer immédiatement n’importe quel épisode de toutes les séries, et de les moduler en fonction de votre niveau d’anglais. Ainsi, il vous sera possible d’augmenter les difficultés pas à pas, pour une progression toute en douceur.

Les meilleures applications pour apprendre l’anglais


Qui n’a pas de smartphone de nos jours ? Et il n’est pas nécessaire d’avoir un iPhone qui coûte une fortune. Un bon vieux modèle chinois suffit pour télécharger une application gratuite pour apprendre l’anglais. L’avantage d’en avoir une sur son téléphone, c’est qu’on peut la lancer n’importe où, dans les transports, à la maison, au bureau, dès qu’on s’ennuie et ainsi progresser pas à pas sans s’en rendre compte.

cours d'anglais en ligne

Celles qui marchent le mieux sont Duolingo à l’efficacité reconnue (il est possible de la télécharger gratuitement), Wingua qui mêle leçons et exercices pratiques, Busuu pour android (une version gratuite et une autre payante), Babbel (1 mois gratuit après c’est moins de 10 euros par mois), Voxy qui joue sur le côté ludique de l’apprentissage de la musique, et Mosalingua, très complète pour le prix d’un café par mois.

S’en sortir facilement avec une langue étrangère

Quand on démarre, l’apprentissage peut paraître infranchissable. C’est vrai que la route est longue pour arriver à maîtriser complètement l’anglais. Mais à l’impossible, nul n’est tenu, même (et surtout) sans dépenser des fortunes. Pour faire les choses dans l’ordre, il faut d’abord apprendre les bases, et les compléter petit à petit avec du vocabulaire. Certaines applications peuvent vous permettre d’aller plus vite que la musique, et de gagner un peu de temps. Bon à savoir : certaines d’entre elles sont gratuites, mais parfois il faut supporter les messages publicitaires. Personne ne travaille gratuitement, et les programmeurs d’applications non plus.

Nos conseils de téléchargement : Duolingo, qui regroupe le vocabulaire par thème, Mosalingua avec sa méthode de répétition espacée (pour 5 euros dans l’Apple store, pourquoi s’en priver ?), l’anglais en un mois pour sa simplicité (mais ne pas croire qu’on va pouvoir tenir une conversation en si peu de temps).

Apprendre en se divertissant

C’est une méthode comme une autre pour progresser rapidement. On utilise le jeu avec les enfants, pourquoi cela ne marcherait-il pas avec des adultes ? Les applications les plus performantes sont celles qui arrivent à marier le coté ludique avec celui de la mémoire, indispensable pour retenir les grands principes grammaticaux et les nombreux mots de vocabulaire. Avec Mindsnacks, on doit relever des défis pour passer à la leçon suivante. Pédagogique et efficace, tout comme l’appli Hello-Hello sous le patronage du conseil américain de l’enseignement.

On peut aussi tchater pour se perfectionner. Car une langue ne peut pas entrer dans un cerveau si elle n’est pas pratiquée. Le chat permet d’échanger avec des gens du cru, qui de leur côté veulent apprendre le français. C’est un échange de bons procédés, surtout grâce au tchat vidéo. L’échange linguistique a fait ses preuves

L’organisme de référence dans le monde : le British Council


Les pays anglophones ne jurent que par lui. Le British Council fait la pluie et le beau temps dans le monde. Fort de ce leadership, il a développé plusieurs applications en fonction de l’âge, de la nationalité et du niveau.

british council

Pour ceux qui parlent déjà anglais, LearnEnglish Grammar permet de renforcer sa connaissance grammaticale de la langue et de développer son vocabulaire. Il y a même une version pour les américains. My Wordbook 2 est plus axé sur l’audio et la pratique de la conversation. C’est en écoutant les autres parler que l’on va se faire son oreille. Pour les petits (et les grands), l’appli vidéo IELTS nous dit tout sur la culture et l’histoire britannique, via des documentaires en ligne. Learning Time with Timmy est fait pour les – de 6 ans, pour y apprendre les bases (couleurs, formes, chiffres). Pour la tranche d’âge au dessus, c’est LearnEnglish Kids (jusqu’à 11 ans). Si vous rencontrez des problèmes de prononciation, c’est Sounds Right qu’il vous faut.

Progresser avec les podcasts


Il parait que les élèves qui podcastent progressent plus vite que les autres. Car une fois que les MP3 sont enregistrés, on peut les ré-écouter à loisir, et surtout n’importe où, sur différents supports audio comme son téléphone ou des CD gravés. Notre conseil : mettez vos écouteurs dans tous vos déplacements, vous rentabiliserez ainsi les trajets au lieu de bailler aux corneilles. Car pour comprendre une langue, et surtout son accent, tout se passe dans l’oreille.

On trouve assez facilement beaucoup de podcasts sur le net. Certains sont fait par des français, des anglais ou des américains, d’autres se basent sur l’actualité comme celui de la BBC (6 minute English) ou Voice of America. Si vous débutez, privilégiez ceux ou la diction est assez lente, pour avoir le temps de comprendre. La prononciation, anglaise ou américaine peut poser problème quand on est habitué à l’autre. Enfin, si c’est l’anglais du travail qui vous intéresse, il faudra passer par des podcasts business qui abordent tout le vocabulaire du monde de l’entreprise. Vous verrez : à force d’en écouter tous les jours, vous ferez des progrès sans même vous en rendre compte, notamment au niveau des expressions qui sont employées dans la vie courante.

Avec toutes les solution qu’on a maintenant pour progresser en anglais, plus personne n’a d’excuse. Ce qu’il faut, c’est s’y mettre, et ne pas se laisser décourager, notamment par les phases où on a l’impression de ne plus progresser (tout le monde les rencontrent un jour ou l’autre). Il faudra persévérer, et un jour, les portes s’ouvriront. Allez, au boulot !

2532 total views, 2 today