Informatique au Qatar

Certains secteurs ne connaissent pas la crise au Qatar plus qu’ailleurs dans le monde, et parmi eux l’informatique arrive en pole position. Travailler dans l’informatique au Qatar est un rêve pour de nombreux francophones, et les salaires proposés à Doha y sont forcément pour quelque chose. Le pays à besoin de talents, pour se développer et continuer sa politique d’investissements dans tous les secteurs d’avenir. Pour cela, les entreprises du Qatar mettent les moyens pour débaucher les informaticiens évoluant en Europe ou aux Etats-Unis, un peu comme récemment, le Qatar a pu le faire pour attirer les meilleurs joueurs de football au PSG. Le Qatar a compris que pour avoir les meilleurs, il fallait investir, et cela vaut en sport comme dans les autres métiers, comme l’informatique par exemple.

 

Les conditions de travail pour un informaticien au Qatar

L’immigration d’informaticiens du monde entier vers le Qatar et plus généralement vert les pays du Golf ne cesse d’augmenter, ce qui est en signe d’une réelle bonne santé économique. En effet, l’informatique est un secteur d’activité où l’on reste rarement au chômage très longtemps, et si les diplômés choisissent en masse de venir travailler au Qatar, c’est qu’il y existe de bonnes opportunités à saisir.

Des salaires au Qatar largement au dessus de la moyenne

Commençons par le plus important lorsqu’on veut changer de job : la rémunération ! Pas la peine de se voiler la face, c’est le nerf de la guerre et la principale source de motivation pour les expatriés qui vont tenter l’aventure au Qatar.

18Tout d’abord, il faut savoir que le salaire minimum n’est pas un concept qui existe au Qatar, et plus généralement dans les autres pays du Golf. Toutefois, si le déplafonnement est la règle dans un sens, elle est aussi dans l’autre, et certains salaires dans l’informatique atteignent des sommes annuelles considérables, à condition d’exceller dans son secteur. La bonne nouvelle, pour les gros salaires, c’est qu’il n’existe pas d’impôts sur les revenus au Qatar, les rémunérations devenant immédiatement très attractives lorsqu’on a connaissance de cette précieuse donnée.

Les intégrateurs Web et les spécialistes du référencement sont spécialement recherchés au Qatar. Un débutant au Qatar dans ce secteur peut largement prétendre à 30 K€ annuel, 40 K€ pour un confirmé.

L’ingénieur système, réseau et sécurité, est quand à lui un informaticien très bien payé au Qatar. Un débutant pourra prétende à un salaire de 45 K€, et un ingénieur confirmé jusqu’à 60 K€ par an.

Même chose pour les développeurs, les analystes programmeurs, et tous les métiers d’ingénieur d’étude. Jusqu’à 65 K€ pour un informaticien avec de l’expérience. Pas d’impôts sur le salaire, faites le calcul…

 

Que comprennent les contrats de travail pour un informaticien à Doha

Les avantages des expatriés sont légions au Qatar, comme ce billet d’avion annuel AR gratuit proposé à l’employé ainsi qu’à sa famille, pour passer ses vacances au pays, ou découvrir d’autres horizons, les frais de santé pris en charge, ainsi que ceux relatifs à l’éducation des enfants.

19Sur votre contrat de travail au Qatar, devront apparaîtrent les renseignements suivants : les heures de travail, ainsi que le salaire. Celui-ci sera en principe rédigé en arabe, mais selon le poste proposé, une traduction en anglais ou en français pourra être effectuée. Bien sur, il faudra se soumettre à une période d’essais, allant de 1 à 6 mois selon l’importance et la rémunération du poste. Le département du travail est très actif au Qatar, et un employé à la possibilité de formuler si nécessaire une plainte contre son employeur. Un bon point pour les contrats de travail qataris.

Concernant les congés, ceux-ci peuvent être négociés avec l’employeur, mais au minimum 3 semaines de congés s’appliquent, en plus des nombreux jours fériés. Quant aux horaires de travail, ils sont assez proches de ceux qu’on peut rencontrer en France, même si les fortes chaleurs estivales du Qatar occasionnent souvent des pauses dans la journée, entre 11h30 et15h.

 

Les diplômes nécessaires pour travailler comme informaticien au Qatar

Des diplômes « classiques »

Bien sur, rien ne remplace l’expérience, en développement par exemple, et cela vaut pour le Qatar comme dans tous les pays du Golf. Pour les français, qui voudraient travailler dans l’informatique au Qatar, les formations classiques sont les plus appréciées, parmi lesquelles on retrouve le fameux bac + 2 en informatique, du type DUT ou BTS. Pour ceux qui ce sont en plus spécialisés en bases de données, avec une année de formation complémentaire par exemple, postuler aux emplois proposés au Qatar sera plus simple. Pour tous les développeurs informatiques et les développeurs multimédias, les entreprises recrutent en priorité des ingénieurs (bac + 5).

Peut-on travailler dans l’informatique au Qatar sans diplômes

L’informatique est un secteur d’activités où il est possible de travailler sans diplômes. Il faut simplement savoir se former, et effectuer des remises à niveau, importantes ou non, pour atteindre le niveau de performance demandé par les employeurs. Il est possible d’exercer ainsi dans les métiers de : programmateur, et de technicien de maintenance informatique.

Et au niveau des formalités administratives ?

Comme pour tout emploi au Qatar, certaines conditions sont à remplir afin de pouvoir exercer son activité sur le sol qatari. Ainsi, on ne parlera pas de visa de travail, mais plutôt d’un contrat en bonne et due forme, ainsi que de la caution morale de sa société où d’un habitant du pays, sorte de parrain garantissant au pays la bonne conduite de son filleul. Le permis de travail est un autre document obligatoire et nécessaire avant de démarrer sa nouvelle activité à Doha où dans les autres villes du pays. S’il est en principe délivré facilement à ceux qui viennent de trouver un job au Qatar, le fait d’avoir postulé, et d’avoir été accepté à un emploi d’informaticien par exemple, ne donne pas obligatoirement droit au permis de travail. D’autres conditions importantes pour l’état qatari viennent s’ajouter à cela, comme la visite médicale obligatoire, ainsi qu’un casier judiciaire vierge. Souvent, lorsque des candidats postulent à des offres au Qatar, ils devront fournir, en plus du CV et de la lettre de motivation in extrait de leur casier judiciaire, de la même façon que cela est demandé en France pour postuler dans l’administration. Rien d’exceptionnel à cela, mais mieux vaut le savoir avant d’amorcer des démarches pour changer radicalement de vie.