Commentaires fermés sur Devenir hôtesse de l’air ou steward sans le bac

Devenir hôtesse de l’air ou steward sans le bac

Posted by | 31 janvier 2017 | Nos dossiers spéciaux

Après avoir raté son bac, c’est souvent la grande interrogation : que vont devenir les projets professionnels tant rêvés ? Heureusement, il n’y a pas que le bac dans la vie, et avec une bonne formation, on peut arriver à tout, même à devenir hôtesse de l’air. Ce n’est pas la même chose que quand on est nul en anglais ou quand on ne sait pas nager.

Les exigences des compagnies aériennes


En matière d’embauche, ce sont elles qui décident. Bien souvent, elles demandent à leur personnel naviguant d’avoir le niveau bac. En d’autres termes, ce diplôme peut ne pas être exigé pour les hôtesses de l’air et les stewards.

Mais il faudra quand même avoir fait des études secondaires, et pouvoir en apporter la preuve lors de l’entretien. Par contre, pas de passe sur les exigences de majorité, de niveau d’anglais et de natation.

Que faire quand on n’a pas le bac ?

Déjà, dites vous bien que ce n’est pas la fin du monde. Il y a pire dans la vie. Avez-vous par exemple pensé à la validation des acquis de l’expérience. Une VAE se demande après trois ans d’expérience professionnelle.

Pour en savoir plus sur cette validation, vous pouvez vous renseigner auprès de pôle emploi si vous êtes un chômeur en France. Autre possibilité : faire une formation pour arriver à avoir le niveau bac.

La sécurité

Une bonne hôtesse de l’air, ou un steward de qualité doit d’abord être capable d’exercer ce métier, physiquement et mentalement. On ne badine pas avec la sécurité des passagers. La visite médicale obligatoire sera donc la première pierre à l’édifice.

Une fois en poste, on ne vous lâchera pas en l’air sans formation de toute façon par rapport à cela. Tous les membres d’équipage sont logés à la même enseigne, et doivent aller se former dans un centre agréé. Ce certificat permet de postuler.


A LIRE AUSSI : apprendre l’anglais au Qatar.


Au Maroc, des formations sans le bac existent aussi



Selon les pays et les compagnies, les exigences ne sont pas les mêmes. Ainsi, si on prend l’exemple du Maroc, il existe dans ce pays une formation permettant de devenir personnel naviguant, même si on n’a pas passer le baccalauréat.

Ce centre de formation accompagne les candidats jusqu’au recrutement : il s’agit d’AIR FORM MAROC, qui a des bureaux à Rabat, Casa, Kénitra et Tanger. Les diplômes préparés sont : le CCA, le CSS, l’ATAM et le DT.

La formation, complète, n’est pas gratuite. Elle coûte selon la formule choisie de 2600 à 3500 dhs par mois.


SUR LE SUJET, NOUS VOUS CONSEILLONS : intégrer l’école Emirates à Dubai.


Devenir hôtesse de l’air sans parler anglais ?


Là, les choses se compliquent quand même un peu. L’anglais est indispensable pour travailler dans ce secteur. Si vous n’avez pas le niveau, il va donc falloir vous y mettre avant de postuler, car il y a fort à parier que les épreuves de sélection seront dans cette langue.

Car les passagers viennent de tous les horizons, et il faudra bien pouvoir communiquer avec eux. Même chose pour les pilotes, qui peuvent donner des instructions en anglais. Il ne s’agira pas de sortir son dictionnaire une fois à bord.

Passer un test d’anglais reconnu internationalement

C’est la voie royale, la meilleure pour se faire embaucher, même pour un CDD ou pour un remplacement d’été. C’est un test qui va mêler à la fois l’écrit et l’oral. Il ne s’agit donc pas d’avoir un niveau scolaire, mais bien supérieur à ce qui est demandé à l’école.

Pour le préparer efficacement, il est recommandé de passer quelques mois à l’étranger, dans un pays anglophone. Il n’y a rien de tel que de s’immerger pour en parler la langue et de se faire des amis d’une autre culture.

Des académies proposent des formations de langues pour ceux qui ne peuvent se permettre, pour des raisons de temps et d’argent de voyager. C’est une solution alternative pour qui souhaite intégrer une compagnie aérienne.


POUR ALLER PLUS LOIN : travailler pour Qatar Airways.


Toutes les questions que vous pouvez vous poser sans jamais avoir osé les demander


Vouloir devenir hôtesse de l’air, ou travailler comme steward, forcément, ça génère chez les candidats tout un tas d’interrogations.

La visite médicale

Vous ne pourrez pas y couper. Ceux qui entendent mal, qui voient mal, où qui ne peuvent conserver la station debout trop longtemps seront recalés.

Les compagnies ont aussi des exigences de taille minimale pour les hommes comme pour les femmes. 1m68 pour ces messieurs et 1m58 pour ces dames.

Le recrutement : à partir et jusqu’à quel âge peut-on se présenter ?

Là encore, ça dépend des compagnies aériennes. En tout cas, une chose est certaine, c’est qu’il faut être majeur, autrement dit avoir plus de 18 ans.

Mais il y a aussi un âge maximal pour postuler. Après 30 ans, c’est difficile de se faire embaucher, même si Air France, pour ne citer qu’elle, accepte les candidats jusqu’à leur 35 ans. Après, l’expérience peut jouer pour faire bouger ce curseur.

Le niveau d’anglais

On insiste encore une fois : il ne doit pas être moyen. Le problème se posera immédiatement si tel était le cas, et on s’en apercevra forcément lors de l’entretien. Ceux qui ont des doutes sur leur niveau devront tout faire pour l’améliorer avant de candidater.

L’examen que la plupart des compagnies reconnaissent est le TOEIC. Le réussir est un plus par rapport aux autres. Là encore, il existe des stages de préparation.


CET ARTICLE DEVRAIT SUSCITER VOTRE ATTENTION : travailler pour Emirates et Etihad.


Le TOEIC : quel niveau faut-il avoir ?

Quand on passe cet examen on obtient un score. Les compagnies n’ont pas toutes le même niveau d’exigence sur celui-ci en fonction du métier pour lequel on postule. Dans tous les cas, il faut au moins avoir atteint le niveau opérationnel de base. La maîtrise professionnelle étant l’excellence.

Obtenir son CFS



C’est un Certificat de Formation à la Sécurité. Plusieurs centres d’examens, tous sous le joug de la DGAC peuvent vous le faire passer.  Attention à vous dégager du temps : cette formation dure 168 heures, et à économiser un peu d’argent puisqu’il vous faudra débourser environ 1500 euros.

Mais même l’accès à la formation doit passer par l’étape du recrutement. Ainsi, il faut par exemple fournir une attestation certifiant qu’on est capable de nager 50 mètres en moins de 60 secondes… A cela s’ajouteront des tests psychotechniques et physique.

Est-il obligatoire de savoir nager ?

Nous venons de voir que oui. Ce n’est pas une option au choix. Mais l’épreuve de natation du CFS est moins compliquée que celle de la sélection. Ainsi, on ne vous demandera pas de plonger du haut d’une falaise !

L’épreuve consiste à réussir à s’équiper d’un gilet de sauvetage dans l’eau, à le gonfler et à tracter une personne fictive sur 25 mètres en évitant de la noyer. Enfin, il faut réussir à monter dans le canot de sauvetage. Les techniques s’apprennent sans trop de difficultés.

Devenir hôtesse de l’air sans le CCA ?


Nous parlons ici uniquement des compagnies françaises et européennes. D’abord, il faut savoir que le CCA est l’anagramme de Cabin Crew Attestation. Il est OBLIGATOIRE.

En principe, ce sont les compagnies qui le font passer. Le système français est un peu différent puisque ce sont des écoles qui sont missionnées pour cela, d’où l’intérêt de bien vérifier que celle que vous avez choisi est agréée.

Sans CCA, pas d’intégration possible. Adieu les rêves à 10000 pieds, à moins d’aller voir si les conditions sont moins restrictives dans des compagnies étrangères.

Pourquoi faut-il le passer ?

Parce que sans lui, évoluer dans sa carrière est compromis. Prenons l’exemple d’une embauche à l’étranger. Il ne sera pas possible en fin de contrat de rebondir dans une compagnie européenne. C’est quand même dommage, non ?

En définitive, si le bac n’est pas un frein pour devenir hôtesse, il faut quand même être au niveau, et surtout, savoir parler anglais !

4271 total views, 4 today